• Pout, ses vendeuses de fruits et sa richesse naturelle

    by  • 21 septembre 2012 • Découverte • 0 Comments

    Place des vendeuses à Pout

    Connu par ses fruits notamment mangues, oranges, mandarines, clémentines, pamplemousses…. et sa forêt du nom de  alu kaagn -la foret de kaagn- (d’après nos sources Kaagn était un grand coupeur de route qui attendait ses victimes sur cette partie de la forêt située juste après l’usine SIGELEC), Pout est  à 54 km de la capitale sénégalaise Dakar et à 15 km de la capitale du rail Thiès.

    La vente de fruits, activité principale des femmes

    Au garage de Pout, tout car qui y s’arrête ou  ralentit est aussitôt pris d’assaut par ces braves femmes vendeuses de fruits :

    « Kou done  lathié mango yi ? mango yangui ! bol, témer. »

    « Ay wa orange » serithieu bangui ! kou done lathié sérithieu xaleyi ? »

    « Clémentine yangui ! ay wa clémentine ! … »

    Qui demandait les mangues ? Les mangues sont là, le bol est à 500f.

    Des oranges ! Voici un présent ! Qui demandait le présent pour les enfants ?

    Des clémentines sont là ! Vends des clémentines !

    De véritables argumentations pour faire écouler son bol de mangues ou son sachet de fruits à la main.

    Des vendeuses

    Ce sont des dizaines de femmes qui chaque jour tendent leurs produits aux  clients qui se trouvent dans ces milliers de voitures qui traversent cette partie de la route nationale n° 2. Qu’il pleuve ou qu’il ensoleille, ces épouses, ces sœurs, ces grand-mères sont présentes, assises ou debout en train  d’attendre le ralentissement d’un véhicule.

    Un sol et un sous-sol fertiles

    Pout, c’est aussi une zone très riche en activités économiques par son sol qui est très fertile car bien disposé pour tous types d’agriculture. La culture maraîchère est la principale activité des habitants de cette partie du Sénégal. D’ailleurs avec le plan  de Retour Vers l’Agriculture ReVA, initié en 2008 par l’ancien président de la République, Abdoulaye Wade, un pôle d’excellence de 100 ha a été implanté dans le village de Ngomène 2.

    Le sous-sol est formé essentiellement de marne (mélange naturel de calcaire et d’argile). Ce  qui fait la présence de trois cimenteries dans la zone : DAGOTE qui démarrera ses productions d’ici peu, la SOCOCIM qui a des carrières dans le secteur. Il y a aussi d’autres industries comme SISMAR qui s’active dans le domaine des équipements agricoles. La SIGELEC qui est dans la production de piles. La SEEMAP qui est le domaine de l’agro-pastoral.

    Rappelons aussi que beaucoup de propriétaires ou de chauffeurs de cars « Ndiaga ndiaye » habitent dans les villages environnants de cette commune.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.