• Le savoir, la politique, l’argent et Léopold Sédar Senghor ?

    by  • 13 mai 2013 • Découverte, Education, Société • 6 Comments

    Crédit Photo-RFI

    Crédit Photo-RFI

    Un jour du 25 avril, j’ai reçu un mail intitulé Invitation, dont le contenu est ceci : « l’Institut d’Etudes Politiques Léopold Sédar SENGHOR  de DAKAR « IEP-DAKAR » vous convie à sa leçon inaugurale. Elle sera dispensée par l’Honorable Président de l’Assemblée  Nationale, M. Moustapha NIASSE en présence du Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche M. Mary Teuw NIANE.

    Thème : Ethique dans la Gouvernance Institutionnelle,  l’Exemple du Parrain : Léopold Sédar SENGHOR« 

     Voici une belle occasion pour nourrir encore mon esprit ! Moi qui aime tant les panels, les symposiums, les débats, les tables rondes ou les conférences.

    Un thème dont tous les mots ont attiré mon attention. D’un côté, Ethique et Gouvernance et de l’autre, l’Exemple de LSS. Un thème d’actualité. Un sujet qui me préoccupe en tant citoyen sénégalais voire en tant que jeune africain.

    Qui était Léopold Sédar Senghor ?

    Léopold Sédar Senghor, c’est ce défenseur de la race noire, c’est cet ami de Césaire avec qui il a prôné la Négritude chez les noirs. Lui c’est ce poète, le premier Africain agrégé de Grammaire et le premier à intégrer l’Académie française. Il exhortait la rigueur dans la rédaction et l’expression en langue française. Il fut l’un des précurseurs de la Francophonie. Cet homme fut le premier Président de la République du Sénégal dont il est  l’auteur de l’Hymne national. C’est un Président qui n’a pas attendu que son peuple lui dise on ne veut plus de toi. Car, il a quitté le pouvoir de son plein gré en cédant la présidence à son premier ministre, Abdou Diouf.

    LSS est un homme qui a un attachement incommensurable à la culture. Et je n’étais pas surpris quand le  Professeur du jour Moustapha Niasse nous dit ceci dans son discours: « Le  parrain de l’IEPD a  bu abondamment à la source de ces penseurs et de ces savants grecs et, par la suite, latins et aussi  arabes, qui avaient tous compris, très tôt, que la curiosité intellectuelle et le goût des découvertes, la recherche acharnée des réponses aux questions que l’homme se pose sur l’univers, étaient les voies les plus sûres pour entrer dans les vastes espaces du savoir et du savoir-faire. »

    Un homme qui avait peur de l’argent

    LSS, c’est ce Président de la République qui « jusqu’à sa retraite ne savait même pas distinguer les billets de 10.000f, 5.000f et 1.000f. » affirme le conférencier. D’après ce dernier, Il ne connaissait pas l’argent. Et c’est quelqu’un qui avait peur de l’argent. Il était bouleversé et tremblait, quand le roi d’Arabie Saoudite lui avait offert 500 millions de francs CFA (1 million de dollars). Senghor s’est demandé qu’allait-il faire avec une résidence en Maroc, lorsque ce même roi lui a fait cadeau d’une maison.

    Imaginez si c’était l’ex Président sénégalais, Abdoulaye Wade ? Lui qui se baladait avec des mallettes de millions. Argent qu’il  offrait souvent aux personnes venues lui rendre visite au palais présidentiel.

    LSS est cet homme d’Etat qui avait une philosophie politique était fondée sur une idée. Il disait : « En politique, l’ennemie c’est la famille. Il vaut mieux autant qu’on le peut éloigner sa famille quand on est un dirigeant politique. »

    Mes amis imaginez encore si c’était le troisième Président de la République de mon pays ? Si Wade avait compris cela, je pense qu’il n’allait pas faire de son fils ministre du ciel et de la Terre.

    LSS était un homme mythique. Pour connaître qui était-il ? Il faut se poser plusieurs questions :

    […] Comment était Solon ? Comment était Soundiata Keïta ? Qui était Samory Touré, El Hadj Omar, Cheikh Ahmadou Bamba, … ? « Senghor se confondait avec Kayah Manghan. » confie M. Niasse.

    Si je pouvais ?

    Ah ! Si je pouvais ressusciter Senghor pour qu’il vienne enseigner aux politiciens sénégalais c’est quoi la politique, c’est quoi l’éthique et c’est quoi un homme d’Etat ?

    Ah ! Si je pouvais ressusciter Senghor pour qu’il vienne enseigner aux jeunes sénégalais qui sont aujourd’hui adhérents du système LMD (Lutte, Musique, Danse) ce que la quête du savoir, la curiosité intellectuelle peut apporter à la vie humaine et,  à un  peuple ?

     

    6 Responses to Le savoir, la politique, l’argent et Léopold Sédar Senghor ?

    1. Serge
      13 mai 2013 at 22 h 26 min

      Attention à ne pas trop se fier aux paroles de Moustapha Niasse… selon les mémoires de Georges Pompidou, Senghor était quelqu’un de très attaché au pouvoir , selon l’ex-président français « il avait pris la grosse tête ».

    2. Anne Marie FALL
      21 mai 2013 at 18 h 33 min

      Merci Seydou Badiane d’avoir partagée vos réflexions avec votre public de jeunes j’imagine.
      Je note qu’un jeune (de votre trempe) a su tirer les enseignements de la Leçon inaugurale de l’IEP-DAKAR que nous avons voulu instructive et motivante pour la Jeunesse africaine dont nous désespérons souvent.
      Senghor est un modèle d’Ethique et d’Intégrité pour la jeune génération et la génération intermédiaire.
      Pour avoir vécu une partie de son magistère je puis vous dire qu’il était un homme intègre dont j’ai la nostalgie.
      Rien ne sert d’amasser les biens d’autrui et de ne point en jouir parce qu’on a peur un jour ou l’autre d’être audité!!!!
      « Jeunesse de mon continent: Ne sois pas trop pressé! Il arrivera le moment où tu pourras jouir de tes avoirs bien acquis parce que tu auras gagné ton pain à la sueur de ton front après avoir entrepris de brillantes études et fait le bon choix de carrière ! »

      • Seydou BADIANE
        21 mai 2013 at 21 h 23 min

        Merci Mme Anne Marie Fall. C’est un grand plaisir de lire votre commentaire si intéressant et dans lequel j’ai encore noté cette citation que tout jeune devrait avoir en mémoire.
        En réalité, nous, Sénégalais de la jeune génération, connaissons Senghor d’abord en tant que poète, ensuite Président de la République. Mais pas ce côté si important chez l’être humain, je veux dire l’éthique. Et comme vous l’avez dit « Senghor est un modèle d’Ethique et d’Intégrité ». Ce « côté caché » de l’homme devrait être connu par toute la jeunesse de mon pays.
        Une jeunesse a besoin toujours de repère, de modèle pour pouvoir servir dignement sa République.
        Sans doute, c’est ce que vous, Mme Anne Marie Fall, avez compris en choisissant Léopold Sédar Senghor comme Parrain de votre Institut.

        • iep.dakar@]gmail.com
          21 mai 2013 at 22 h 54 min

          Je suis curieuse de connaître votre cursus car peu de jeunes ont votre sagesse et votre expression ? Je vous encourage à aller de l’avant.

    3. 29 juillet 2013 at 19 h 33 min

      Félicitations!! mon cher maître oui tu as bien raison si l’on pouvait faire revenir Senghor juste pour un cours magistral sur les valeurs et ce qu’est un homme d’Etat.

    4. jose pacote vieira
      2 avril 2014 at 5 h 52 min

      Msieur Badianne et Mme Je vous félicite por souvenir le grand maître d’art,le politique honet,le défenseur de la negritude.Je suis Angolais mais aime beaucoup des euvres de senghor.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.