• #NdadjeTweetup – Sénégal : Quand les créateurs de contenus web se réunissent

    by  • 5 août 2013 • Découverte, Médias, Technologies • 2 Comments

    tewtweet

    Pour la première fois au Sénégal, les créateurs de contenus sur la toile se sont réunis pour échanger sur leurs expériences et innovations dans le domaine des TIC.

    Avec une blogosphère très active, la jeunesse sénégalaise a apporté des innovations remarquables en matière d’utilisation des réseaux sociaux.
    Aujourd’hui, il inspire beaucoup de jeunes dans les pays environnants dans la manière de se servir  des nouveaux médias pour un apport plus bénéfique aux populations.
    Par conséquent, il serait nécessaire que les acteurs se réunissent pour consolider toutes ces opportunités et toutes ces expériences.
    La communauté des blogueurs en partenariat avec Seneweb, ont donné l’occasion à plusieurs utilisateurs des technologies de l’information et de la communication, dont des blogueurs et blogueuses d’autres nationalités de se retrouver à  l’hôtel Villa Racine  pour partager leurs motivations dans la création de contenus « made in Sénégal ».
    Ils sont des web-entrepreneurs, ils sont des innovateurs!
    On a dit #NdadjeTweetup, rencontre entre les utilisateurs de Twitter, les blogueurs, etc. Donc, dans un tel lieu le micro ne chômera pas certainement. C’est pourquoi différents orateurs se sont succédé devant ce public de geek pour expliquer les activités qu’ils sont en train de mener sur la toile. Et parmi eux nous avons :
    Innove4Africa
    El Hadji Ahmadou Demba Ba nous a présenté Innove4Africa qui est « un programme de Fellowship pour les jeunes entrepreneurs sociaux africains qui apportent des solutions novatrices face aux défis que rencontrent nos communautés. Et c’est un programme qui récompense les meilleurs projets par un Prix de 4000 $ USD, une retraite de formation à Dakar, du coaching-mentoring et d’autres opportunités. »
    Terangaweb
    D’après le speaker Hamidou Anne, « Terangaweb -L’Afrique des Idées est un think tank qui promeut le débat d’idées sur l’Afrique et met la jeunesse au centre de son action.
    Ce qui motive son engagement au côté des blogueurs, cyber-activistes et acteurs du web 2.0 qu’elle soutient et encourage notamment en les impliquant dans tous ses événements : en avril Amy Jeanne Diop a co-animé la conférence de lancement à Dakar et bientôt en septembre le journaliste Blogueur  Basile Niane ( @basileniane ) interviendra au Terangaweb Talk. »
    Mackymetre
     El Hadji Daouda Diaw nous a parlé de sa plateforme du nom de Mackymetre.
     » Mackymetre.com est un outil de fact checking qui permet au peuple sénégalais de suivre l’état d’avancement des promesses électorales du Président Macky SALL, de noter leur niveau de satisfaction et d’échanger sur les questions concernant le Sénégal.  »
    ITMag ou la veille technologique 

    Mountaga Cissé ( @mountcisee ), consultant, formateur spécialisé en nouveaux médias nous a présenté  Itmag.sn,   » un portail de veille technologique qui traite l’actualité des secteurs des télécommunications, de l’informatique et des médias »

    Maketbi

    Pape Lo a présenté Maketbi.com, « un site  qui permet de consulter et de déposer vos petites annonces gratuites d’achat et de vente d’occasion de toutes sortes au Sénégal. »

    On-umami
    Khaly Fall, quant à lui a expliqué les objectifs  d’On-umami.com « est une plate-forme bilingue qui permet aux blogueurs, chanteurs, écrivains, chauffeurs, photographes, stylistes, cinéastes, artistes, tweetists et Facebookeurs de définir et de partager ce qui est chaud, frais, fort et profond à travers le continent. On-umami vous permet de créer des communautés autour des questions auxquelles vous tenez, allant de la mode et de la beauté aux avancées technologiques et aux élections. »
    #Kebetu, Sunu2012 et Sunucause
    Ce sont trois noms  que vous avez certainement entendu parler ou même que vous avez utilisez à travers Twitter. On ne peut pas parler de blogging, de réseaux sociaux au Sénégal sans les évoquer. C’est pourquoi, Cheikh Fall ( @cypher007 ) est  revenu sur les motivations qui ont été à l’origine de ces trois noms célèbres sur la twistophère sénégalaise. Une intervention axée surtout sur la plateforme sunucause.com qui est une manière d’utiliser les réseaux autrement.
    Social Net Link,  plateforme des nouveaux médias
    Seydou Badiane a présenté Socialnetlink.org, qui « est une plateforme des nouveaux médias, mise en place par une équipe de blogueurs et de journalistes. C’est un portail que ces derniers utilisent pour informer les internautes, les geeks sur  les nouveaux médias et actu web au Sénégal avec des analyses, des dossiers, des reportages sur le terrain, des entretiens, etc.
    Social Net Link est ouvert à tous, du coup chacun peut y participer en publiant des articles qui ont une relation avec les TIC. »
    La liste des innovations présentées durant ce #NadjeTweetup  n’est pas exhaustive. Ainsi, noter que d’autres projets ont été présentés au public.
    tewtweetsenegal La grande nouveauté, c’est que,  pour la première dans ces types de rencontres entre geeks, on voit des blogueuses spécialisées sur la mode. Des personnes qui bloguent pour une autre passion, différente de celles qui sont connues sur la blogosphère sénégalaise.
    Ainsi, nous avons eu à écouter :
    Gaëlle, blogueuse mode sénégalaise vivant à Paris
    « Gaëlle Vanessa Prudencio surnomée  Vanoue est l’auteur du blog The Curvy.
    Elle y partage depuis 2007 les aventures vestimentaires d’une femme ronde vivant dans la capitale de la mode : Paris.
    A travers ses écrits, ses looks, le port des cheveux naturels et ses rencontres, Gaëlle a su faire de sa différence une force pour travailler sur l’acceptation de soi et passer outre le regard de l’autre. 
    Vanoue a réussi à imposer son style et son énergie en devenant tantôt cover girl de Winkler Magazine, égérie pour Pauline et Julie ou encore invitée dans les clips de Passi et Inna Modja. 
    Aujourd’hui désireuse de permettre à ses compatriotes sénégalaises d’accéder à une mode tendance et de qualité, Vanoue a lancé la Curvy Boutique à Dakar en juillet 2013: une boutique éphémère proposant des vêtements à partir de la taille 42. » 
    Mya Gueye, Fashion Gourou
    Mya Gueye, est chroniqueuse à la Radio Télévision Sénégalaise. Elle a évoqué ce qui lui a inspiré à se lancer dans le blogging via son projet Mya Studio dont la  » mission exclusive est de réveiller votre style. »
    En effet, c’est un  » studio virtuel spécialisé dans la vente d’articles de beauté et le conseil en image. »
    Actuellement, suivie pas plus de 8.000 internautes, Mya a fait de sa page Facebook « un espace de rencontre entre la mode, la beauté et le bien être. »
    Le partenaire, Seneweb.com, un géant de la presse en ligne de l’Afrique francophone
    Ce grand rendez-vous avait démarré avec une présentation du partenaire Seneweb par le représentant Basile Niane, qui est journaliste –blogueur, en même temps initiateur de ce #NdadjeTweetup.
    Dans sa présentation, nous pouvons retenir que ce portail  d’information est le plus visité de l’Afrique francophone. Ainsi, il enregistre plus de 8 millions de visites par mois et peut faire jusqu’à 5. 000 visites en temps réel. Des visiteurs  qui sont très actifs car ils commentent les articles et envoyaient leurs contributions pour qu’elles soient publiées.
    C’est ce qui explique la création de plus de 1.400 blogs en quelques semaines, lorsque Seneweb.com a donné la possibilité aux lecteurs d’en créer. Aujourd’hui, la plateforme compte plus de 3.600 blogs. Et parmi ces derniers les meilleures productions, celles qui peuvent intéresser le plus aux internautes sont mis à la une sur le site.
    Cependant, il y a un côté que les visiteurs n’apprécient pas beaucoup chez Seneweb, c’est l’absence de modération en ce qui concerne les commentaires. Evidemment, comme c’est sur le web, les visiteurs se cachent derrière des pseudonymes pour poster des commentaires pas du respectueux. Ils se permettent d’écrire n’importe quoi sur n’importe qui et sur tout ce qui est publié. C’est vrai que chacun a son mot à dire sur un sujet qu’il lit mais pas la manière dont ça se passe sur ce site.
    944584_687157601301670_973702677_nLe Journal Rappé avec Xuman et keyti
    Vous avez peut-être entendu parler du Journal Télévisé  Rappé   qui a fait le tour de la toile et le tour des médias à travers le monde. Une initiative de deux célèbres rappeurs sénégalais, en l’occurrence, Xuman et Keyti qui sont venus eux aussi  partager leur expérience.
    Cette innovation de taille dans la musique a incité l’assistance à se prononcer  lorsque Keyti a soulevé la question sur la procédure que Seneweb emprunte pour utiliser les vidéos des artistes, et particulièrement celles du célèbre JT Rappé. A cet effet, diverses explications ont été données pour clarifier  comment peut-on gagner de l’argent avec des vidéos sur Youtub, avec les types de comptes que nous pouvons créer,  comment le décompte des nombres de vus se faitet comment doit-on copier une vidéo sur un site sans pénaliser l’auteur qui la posté sur YouTube.
    En revenant sur ce qui leur a inspiré à une telle initiative, Xuman explique que « c’est une manière de continuer à rapper mais surtout, et surtout une manière de survivre. Car maintenant c’est très difficile de réussir dans la musique que nous faisons mais on est appelé à survivre dans ce métier. Et le seul moyen que nous avons aujourd’hui c’est les médias sociaux qui nous servent de  lien entre la musique que nous faisons et les utilisateurs de ces outils. »
    Ce que son collègue Keyti a confirmé en disant qu’on assiste à une crise de l’industrie de la musique et il faut d’autres moyens pour faire de la musique. C’est la question que doivent se poser les artistes, comment survivre dans cette crise ? Et pour eux le moyen c’est le net.
    Mais il se pose un problème de rentabilité. En effet, « au Sénégal ceux qui travaillent avec internet, sur internet ne croient pas réellement à ce que internet pourrait apporter car ils ne font pas d’investissement dans ce domaine. Ils veulent que le produit remmène des sous mais ne veulent pas y mettre des sous pour le promouvoir. Il faut  investir sur un produit qui va sur le net et non attendre que ce produit fasse du buzz. »
    En parlant de rap, notons aussi que le rappeur Simon était de la partie.
    huawei sénégal La participation de Huawei Sénégal et de l’ADIE
    La participation surprise a été celle de Huawei Sénégal qui a offert 10 modems routeurs wifi d’une valeur de 600.000 fcfa  à la communauté des blogueurs du Sénégal. D’après le représentant de la dite société ces modems permettront aux blogueurs de bien bloguer partout où ils seront.
    Quant au représentant de l’Agence de l’Informatique de l’Etat (ADIE ), il a incité les blogueurs à la création de contenus. « Nous devons nous investir dans la création de contenus pour que l’Afrique participe à cette révolution numérique que nous assistons. »
    Coders4africa et senejug
     Amadou Daffe de l’ong Coders4africa ainsi que Lamine BA de  S enejug ont participé  via Hangout mais la connexion internet nous a fait faux bond.

    Amnesty international
    Amnesty a pris part au ndogoutweet et a présenté sa campagne de lutte contre l’impunité dénommée « Contre l’oubli, pour la justice ». La vidéo 100 coupables  a été réalisée en partenariat avec 7 grands noms du hip hop sénégalais notamment Simon Bisbi Clan,Thiat Keur gui, Keyti, Drygun Yatfu, Books Sen Kumpe, Beydi Bideew bu bess,Djiby da brains Pour permettre aux internautes de donner leurs opinions sur la torture au Sénégal, le hashtag #sangcoupables a aussi été crée. Pour ceux qui sont plutôt Facebook, le groupe « Contre l’oubli, pour la justice » est mis à leur disposition.

    Comme c’était la première fois, cette rencontre était initié sous le nom de #NdadjeTweet, hastag très long d’après les avis. Par conséquent, un vote a été organisé pour choisir un nom avec moins de lettres qui sera utilisé aussi sur Twitter.
    Sur 24 propositions, #TewTweet, celle de Aboubacar Sadikh Ndiaye a remporté le plus grand nombre de voix. Désormais, la rencontre a pour nom, #TewTweet. Et les initiateurs comptent l’organiser chaque mois.

    2 Responses to #NdadjeTweetup – Sénégal : Quand les créateurs de contenus web se réunissent

    1. Pingback: NdadjeTweetup #2, un rendez-vous à ne pas manquer ! | SocioRéflex

    2. 15 mai 2014 at 14 h 22 min

      Exactement le style d’idee dont je me fesait a propos de ce sujet, merci encore pour cette excellent article.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.