• Ministre Mary Teuw Niane: « L’Etat n’a jamais dit qu’il va supprimer la généralisation des bourses ni ramener les inscriptions à 150.000 F »

    by  • 12 avril 2013 • Education, Non classé, Société • 0 Comments

    Le comité de pilotage de la Concertation Nationale sur l’Avenir de l’Enseignement supérieur au Sénégal a approuvé un rapport général sur les différents ateliers de partage qui ont eu lieu du 6 au 9 avril 2013 à Dakar.

    Par conséquent, les étudiants se disent inquiets sur certaines décisions prises lors de ces quatre jours  d’échange. C’est dans ce cadre que nous avons lancé une discussion sur internet via les réseaux sociaux pour permettre à certains étudiants de s’exprimer sur l’état actuel de l’enseignement supérieur du pays. Ainsi, nous avons remarqué que différentes idées y sont sorties. Du coup, l’idée d’aller à la rencontre du Ministre de l’enseignement supérieur nous est venue afin d’apporter quelques éclaircissements sur ces rumeurs qui circulent dans le milieu estudiantin sénégalais. Ainsi, M. le Ministre Mary Teuw Niane nous a accordé un entretien.

    Monsieur le Ministre, tous les étudiants se disent que les frais d’inscription seront augmentés de même que les tickets pour la restauration. Qu’avez-vous à leur répondre ?

    M. Mary Teuw Niane: Il y aura sans doute une étude de faisabilité au niveau des œuvres sociales, du coût des chambres, etc. Les gens qui payaient en 1963, 3000 f la chambre, ce n’est pas raisonnable de payer le même montant en 2013. C’est la même chose, payer 6000 f les droits d’inscription, 4300 f et quelques en 1963, ce n’est acceptable de payer la même chose actuellement. Ce n’est pas raisonnable ! Et il faut dire aux gens ce qui est raisonnable.

    Nous notre objectif, c’est que nos universités publiques forment des étudiants de même qualité ou de meilleures qualités que des étudiants qui vont se former à l’étranger. Comme c’est dit dans la concertation, le label « Étudier au Sénégal » est pour nous un label qu’il faut développer. On ne peut le développer dans la médiocrité.

    Est-ce qu’il faut continuer? Que les étudiants s’entassent comme ils s’entassent dans les amphithéâtres ?

    Non ! il faut changer cela. Et pour changer cela, il faut que chacun apporte une part de sa contribution.

    Je mettrai une commission ad hoc dans les jours à venir. Et quand le  Centre des Œuvres Universitaires de Dakar (COUD) et le Centre régional des œuvres universitaires de Saint-Louis (CROUSS), l’audit aura été faite, parce que il faut un audit pour voir comment ça marche. Et après il y aura une commission ad hoc dont les étudiants seront membres pour fixer des prix raisonnables, mais les prix pratiqués aujourd’hui ne sont pas raisonnables.

    Une autre question qui préoccupe les étudiants : est-ce que le l’État supprimera la généralisation des bourses et aides ?

    M. Mary Teuw Niane: L’État n’a jamais dit qu’il va supprimer la généralisation des bourses. C’est ça l’analyse aussi bien du pré-rapport de la concertation que l’analyse même de la concertation : Il faut rationaliser la gestion des bourses, il faut apporter l’équité dans l’attribution des bourses. Parce que les bourses, c’est un moyen d’orientation politique de l’enseignement supérieur. Donner à tout le monde des bourses, non seulement, ce n’est pas raisonnable mais ce n’est pas équitable. Que mon enfant ait une même bourse que le fils de paysan, ce n’est pas équitable. Il nous faut seulement dire, regardons comment donner ces bourses. Est-ce que aujourd’hui, par exemple les étudiants qui font la science, la technologie, qui font l’agriculture, l’élevage qui sont des priorités nationales, ceux-là ne devraient pas être prioritaires ? Est-ce que le fils d’ouvrier, le fils de paysan, l’orphelin ne devraient pas être prioritaires par rapport aux fils de cadres, de ministres, de députés et autres ? Je crois qu’il nous faut revenir à une réalité ? Nos universités doivent être bien équipées, et il n’est pas, à mon avis, raisonnable que 70% des ressources soient le social et que le pédagogique n’est que 30%. Je pense que c’est quelque chose de tout à fait simple, que tout le monde peut comprendre . Ainsi il faut seulement dire la vérité aux gens.

                                                                        

    Maimouna Pam, étudiante à la FASEG

    J’interpelle le Ministre sur le montant des bourses. Je pense que 38.000f ou 18.000f ne permettent pas à un étudiant de vivre correctement ici à Dakar. Peut-on s’attendre à une augmentation de ce montant ?

    M. Mary Teuw Niane: Moi je considère qu’on a une masse de quarante milliards pour les bourses. Les universités réunies pour faire fonctionner le pédagogique ne reçoivent pas trente milliards. Ce qui est le plus important, c’est que les étudiants soient dans de meilleures conditions d’études, qu’ils aient les appareils qu’il leur faut pour faire leurs travaux pratiques, qu’ils soient dans de petits groupes où ils peuvent travailler et bien encadrés. Parce que, une grosse partie des étudiants qui sont dans nos universités publiques sont quant même issus de couches défavorisées. Il ne serait pas raisonnable pour le pays, que ces étudiants-là soient dans des universités de seconde zone et que ce sont ceux qui ont les moyens qui envoient leurs enfants à l’étranger ou dans des écoles privées huppées qui, dont les enfants vont avoir les meilleures formations. La mission première de l’enseignement supérieur et de la recherche, c’est de donner une formation de qualité aux étudiants, ce n’est pas d’assurer la popote.

    Diatouwaly sene


                                                                     

     

    Diatou Waly Sène – Département Anglais

    Monsieur le Ministre comment comptez-vous faire avec vos collaborateurs et tous les acteurs du système pour réformer l’enseignement supérieur et mieux pour l’adopter à nos réalités, faire de sorte que ça soit adéquat avec le marché de l’emploi […]?

    M. Mary Teuw Niane: Je la remercie beaucoup, parce qu’elle pose la problématique qui remet en cause tout ce qui a été dit. Les filières qu’elle veut faire ce sont des filières qui demandent des ressources. Si vous voulez faire de la logistique, il faut que vous ayez les moyens, que vous soyez bien équipé en informatique, que les étudiants aient la possibilité d’aller au port, à l’aéroport, d’aller dans les gares de visiter des ports de la sous région etc. Cela demande des ressources, c’est pourquoi on ne peut pas tout mettre dans le social. Si on veut faire du multimédia ou bien de la traduction, il faut avoir des laboratoires de langues. C’est coûteux, il faut les équiper. Et l’encadrement ne peut être qu’en petits groupes. Donc il nous faut mettre le plus de moyens dans l’enseignement supérieur, dans la formation et dans l’équipement. Et c’est comme cela que nous allons créer des filières professionnelles. C’est aussi changer la mentalité des enseignants, et aussi de ceux qui gèrent nos institutions d’enseignements supérieurs. Il est plus facile de continuer depuis vingt ans, trente ans, à enseigner la littérature britannique ou la, littérature française. On devrait pouvoir s’interroger au niveau de ces filières, quelles sont les nouvelles opportunités que ces filières offrent ?

    Elle est cultivée, elle a vu pas mal de filières qu’elle peut faire. Et c’est en cela que nous allons grâce à la Direction de l’Enseignement Supérieur, grâce aussi à la réforme LMD (License-Master-Doctorat), revoir les filières de formations, revoir les méthodes de formations et c’est en cela que les contrats de performance vont apporter un plus. Parce que ces derniers vont apporter les moyens qui permettront d’équiper et de créer un environnement de travail pour mettre en place ces nouvelles filières dont elle parle.

    A suivre (deuxième partie)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.